lundi 23 mars 2020

PSA retail - Affichage de la productivité individuelle en atelier

Pointer du doigt productivité PSA retail

Sur certains sites PSA retail, la productivité de chaque compagnon est affichée ou portée à la vue de tous. La CFTC se positionne contre cette pratique.

Nous partageons ci-dessous notre analyse des conséquences de cette méthode de management.

Quel est l’objectif caché de l'affichage de la productivité ?

Il s’agit d’augmenter la productivité en incitant les salariés à accélérer la cadence ou à augmenter leur temps de travail en exerçant sur eux une pression constante.

Pourquoi cela peut-il fonctionner sur le court terme ?

Le fait que les performances de chacun soient à la vue de tous va ajouter la pression sociale la pression hiérarchique subie par les salariés les moins productifs et créer un climat de compétition et de concurrence poussant ceux qui ont les moins bons résultats dans leurs retranchements.

Pourquoi cela peut-il poser problème à plus long terme ?

En mettant les salariés sous pression de la sorte, selon nous, plusieurs problèmes peuvent émerger à moyen et long terme.
  • Augmentation du stress : les objectifs sont souvent en décalage avec ce qui est réalisable avec les moyens à disposition. (Écart entre le prescrit et le réel). Les salariés dont la « sous- performance » est mise en exergue vont être exposés au stress et à la pression.
  • Augmentation de l’absentéisme et impact sur la santé : le stress, la fatigue et parfois le découragement des salariés en difficulté conduiront à une augmentation de l’absentéisme.
  • Baisse de la qualité : afin d’améliorer leur productivité, certains salariés vont être tentés de gagner du temps en ne réalisant pas ou partiellement les tâches qu’ils ne jugent pas indispensables alors que celles-ci le sont et peuvent impacter la qualité.
  • Augmentation du risque d’accident du travail : comme pour la qualité, les salariés pourraient essayer de gagner du temps au détriment de la sécurité. Le stress est source d’inattention et de précipitation.
  • Augmentation du turnover : les salariés risquent de ne plus supporter le climat délétère et la pression permanente provoqués par cette méthode de management et quitter l’entreprise.
  • Désengagement des salariés : les salariés vont consacrer leur énergie uniquement à ce qui a un impact sur leur productivité et non pas ce qui a un intérêt pour le point de vente et le bien commun.
  • Absence de montée en compétence : les salariés ne voudront travailler que sur ce qui est de leur domaine de compétence sans se donner la chance d’apprendre de nouvelles choses. Réaliser une tâche qu’on ne maîtrise pas totalement ne génère pas de productivité.
  • Dégradation de la marque employeur : « ce qu’elle fait à l’intérieur se voit à l’extérieur » : cette méthode de management est mal vue et mal vécue par une majorité de salariés ce qui peut conduire à une dégradation de l’image de l’entreprise et rendre les recrutements plus compliqués ou de moins bonne qualité.
  • Augmentation des tensions entre les salariés, dégradation du collectif de travail et individualisme : le fait de créer une concurrence entre salariés peut générer des tensions et dégrader la coopération et la communication indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise.

Pourquoi les informations de ce tableau et la mesure de la productivité ne sont pas fiables à 100 % ?

  • Le calcul de la productivité ne tient pas compte la valeur ajoutée apportée par le salarié.
  • La rapidité d’exécution d’un travail n’a de sens que si on a pu vérifier qu’il a été totalement réalisé selon les critères de qualité définis et les règles de sécurité et environnementales.
  • Un salarié peut très bien avoir des tâches complexes à réaliser, car il a des compétences pointues, toutefois la réalisation de ce travail ne permet pas d’atteindre la productivité attendue.
  • Le salarié peut être sollicité fréquemment pour des missions ne rentrant pas dans le calcul de la productivité. Être disponible devient préjudiciable.
  • Un salarié en retrait au niveau productivité peut appliquer les process et méthodes de réparation à la lettre alors que les plus productifs adoptent des stratégies de contournement pouvant avoir un impact sur la sécurité ou la qualité. (Serrer les roues à la clé à choc c’est plus rapide que de les serrer à la clé dynamométrique)
  • La productivité peut être impactée par l’âge, l’usure professionnelle, l’état de santé ou le handicap du salarié, celle ni ne reflète pas toujours l’effort fourni.
  • Un salarié peut ne pas avoir suffisamment de compétences en raison d’un manque de formation et par conséquent être plus lent que ses collègues.
  • Un salarié qui respecte ses horaires de travail car il veut passer du temps avec sa famille sera moins productif qu’un salarié qui commence et finit après l’heure sans être payé.

Sondage


Aucun commentaire: